Netflix atteint les 125 millions d’abonnés

Le meilleur trimestre de croissance de son histoire.

Richard Lawler,

Les résultats financiers présentés par Netflix pour le dernier trimestre montrent qu’après avoir atteint un pic de souscripteurs supplémentaires en 2017 (8.33 millions) ce pic n’a jamais décru. Au long des trois derniers mois, Netflix a ajouté quelque 7.4 millions d’abonnés (1.96 aux USA), son deuxième meilleur trimestre et qui lui permet d’atteindre les 125 millions de souscripteurs.

Le flot continu de nouveau contenu y est certainement pour quelque chose, y compris la diffusion de The Cloverfield Paradox un dimanche de Super Bowl. Malgré la réponse des critiques, Netflix assura que : « l’événement a montré comment un grand film de marque peut être ficelé et offert aux consommateurs instantanément partout dans le monde, sans avoir à attendre que le rideau du théâtre ne soit levé. » En attendant, la série espagnole Money Heist (La Casa de Papel) est devenue la « plus suivie de l’histoire parmi les offres non anglophones de Netflix. » En ce qui concerne la controverse au sujet de l’éligibilité ou pas aux récompenses de festivals comme celui de Cannes, Netflix répète qu’ils ne feront rien qui soit de nature à empêcher les spectateurs français d’avoir accès à l’ensemble des films dès leur diffusion.

En confirmant que le budget prévu pour l’acquisition de nouveau contenu, cette année, s’élèvera à quelque 7.5 o 9 milliards de dollars, la messe est dite. Netflix relance son accord avec Comcast et, sans pour autant dévoiler la teneur financière de celui-ci, la compagnie ajoute « Nous croyons que tout se tient : moins cher en amont sera toujours équivalent à moins cher en aval, notamment pour ce qui est du Netflix ASP » ; nous devrions donc nous attendre à de futures diminutions de prix. Netflix a déjà conclu des accords avec T-Mobile, Sky, Proximus et SFR Altice.

L’entreprise a également posté la vidéo de ses gains escomptés pour le trimestre. Dans celle-ci, le responsable de contenu Ted Sarandos refuse de commenter les rumeurs sur un possible chantier en cours avec les Obamas, mais il conclut ses 60 minutes de « show » par : « L’avancée vers les informations s’est vue une et mille fois reportée. »

Le CEO, Reed Hastings, répondit aux questions concernant la vie privée et la problématique des données personnelles telles que celles auxquelles doit faire face Facebook en ce moment, en disant textuellement que sa compagnie est “tout à fait vaccinée » contre ces dangers et qu’il est particulièrement heureux de ne pas avoir basé son business model sur les apports publicitaires » préférant d’entrée le modèle de l’abonnement.

 

Traduit par José Camarena pour EspacePlus, au départ de l’article paru sur engadget.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X