Google nous dira si nous parlons à des robots convaincants

Google assure qu’ils prendront des mesures afin que les humains ne soient pas dupes par des logiciels bots qui pourraient les induire en erreur par leur capacité à imiter la voix humaine. Quiconque sera appelé par un bot sera averti du fait qu’il parle à une machine -voir à ce sujet l’article paru dans The Verge.

Les aptitudes vocales du bot Duplex purent être constatées lors de la conférence des développeurs I/O de Google, la semaine dernière, lorsque le premier s’essaya à prendre un rendez-vous chez le coiffeur.

La démo laisse un expert en technologie “horrifié” par ce qu’il venait de voir.

L’impact social

Dans son communiqué, Google prétend qu’il prend en compte la discussion qui a suivi la démonstration et assure que “la transparence” est primordiale lorsqu’il s’agit de développer l’utilisation de nouvelles technologies.

“Nous développons ce produit avec toutes les garanties et voulons nous assurer que le système sera correctement identifié”, peut-on y lire.

La performance sur scène montrait le logiciel Duplex en pleine conversation avec la réception d’un salon de coiffure. La voix générée par ordinateur utilisait des pauses, des expressions colloquiales ainsi que des intonations habituellement présentes dans le discours humain.

La voix était sous le contrôle du logiciel DeepMind WaveNet de Google qui a été nourri avec des milliers de conversations de sorte qu’il sait comment sonnent les conversations humaines et peut les imiter de manière très réaliste.

Google a déclaré que le logiciel a été développé pour avoir des conversations “naturelles” et qu’il sera capable d’accomplir des tâches bien réelles et concrètes qui, habituellement, impliquent des êtres humains lorsqu’ils doivent faire usage de leur téléphone.

Dans ce même communiqué, Google assure que tout retour concernant le projet sera le bienvenu afin d’en peaufiner sa version ultime.

Pour Zeynep Tufekci, professeur associé à l’Université de Caroline du Nord et qui commente régulièrement sur la manière dont technologie et société s’influencent mutuellement, la démo fut carrément « une horreur ».

Dans un tweet, le Professeur Tufekci affirme que l’objectif d’imiter le discours humain de manière aussi réaliste était “une entreprise horrible et de toute évidence erronée”.

Dans un autre commentaire, elle surenchérit en affirmant que : “cela induit délibérément la duperie. Pas d’accord. »

Le Professeur Tufekci affirme avoir été surprise par le fait que le projet WaveNet ait pu aller jusqu’à une démonstration publique et se demande pourquoi cela n’a pas été gardé en interne le temps de son développement.

 

José Camarena pour EspacePlus, au départ de l’article paru dans la page Web de la BBC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X